Voeux 2016 : un exercice pas si facile…

Publié le 21 janvier 2016 | Actualité / Monts-et-Barrages

Daniel Perducat.

Daniel Perducat.

Devant une assemblée composée de nombreux élus des communes environnantes, du député, Alain Rodet, des chefs de centres des pompiers et de la gendarmerie, des chefs d’entreprises et d’habitants, Daniel Perducat a prononcé son discours du début d’année. 

Comme il l’explique, ce discours est toujours un moment difficile et « il aurait aimé donner de l’espoir à chacun » mais cette fois-ci, cela est encore plus compliqué. Pour lui, la mémoire collective est et restera fortement marquée par les différents attentats car « dans notre pays – même, le terrorisme atteint toutes les franges de la population. » Ces événements ont mis en exergue toutes les ambiguïtés qui existent entre les libertés individuelles et les questions de sécurité collective a-t-il ajouté ainsi que la question sur la déchéance de nationalité (à laquelle il n’est pas favorable).

L’année qui s’est achevée a également été une année électorale (département et région). À l’instar des autres régions, le front national a obtenu un score important dans la commune. « Comment ne pas entendre la colère des électeurs ? On ne combat pas le front national en allant sur son terrain de haine et d’exclusion en évoquant ses idées comme la déchéance de nationalité, cette mesure qui ne vise seulement des Français qui ne le sont tout à fait. »

Concernant la CoP21 qui a également eu lieu cette année, il considère qu’un grand pas a été franchi contrairement à ce que peuvent prétendre certains. D’ailleurs, la municipalité étudie actuellement un projet d’un réseau de chaleur qui relierait les bâtiments scolaires aux locaux de l’ESAT et à la mairie. La chaufferie en elle-même serait installée dans un bâtiment situé sur la route de Treignac. Les plaquettes bois utilisées seraient fournies par le syndicat mixte de gestion forestière à partir des bois communaux et sectionnaux de la commune soit environ 150 hectares de forêts. Ce projet pourrait permettre une plus grande autonomie énergétique à la commune. D’après une estimation, il pourrait être financé en partie grâce à divers aides. Par ailleurs, une aire de covoiturage devrait voir le jour sur le parking de la gare en accord avec la charte de « Territoire à énergie positive » qui a été signée au mois de décembre ; en ce qui concerne l’usage des pesticides, il a expliqué qu’il allait aussi signer la charte « Zéro pesticides » : plus aucun n’est en usage depuis de nombreuses années.

Le public.

Le public.

L’année passée a aussi été celle de l’afflux des réfugiés et « si l’Europe échoue à leur offrir un accueil digne, elle ne sera plus l’Europe dont on a rêvé mais une alliance économique de pays qui ont oublié leur part d’humanité. » Il a ajouté qu’il serait vraiment stupide de croire que ces gens ont tout quitté pour des raisons de confort. Localement, le CADA a un an d’existence et l’intégration des familles se passe pour le mieux avec la population locale grâce à l’équipe et aux associations qui s’occupent de ces personnes (Familles rurales, le MAS, les Restos du Coeur, ArcEnCielles…).

L’ARSSE qui regroupait le CAT (centre d’aide par le travail), le Saphad (aide pour les personnes handicapées à domicile), la résidence des travailleurs du CAT devient maintenant ALEFPA.

Il a ensuite évoqué la loi NOTRe (loi sur l’intercommunalité publiée en août 2015). Plusieurs discussions sont en cours notamment par le caractère un peu particulier du territoire en raison des zones de montagne. Pour l’instant, des discussions seraient en cours avec celles de Saint-Léonard-de-Noblat et de Châteauneuf-la-forêt. Bien que le préfet du département n’y soit pas trop favorable à une intercommunalité inter-départementale, il ne serait pas opposé à la candidature des communes de La Villedieu et de Faux-la-Montagne. La loi prévoit aussi un transfert de compétences entre les communes et l’intercommunalité très important ; celle de l’eau et l’assainissement, l’aménagement d’aires d’accueil pour les personnes du voyage… « En bref, il y a encore de quoi s’occuper dans les communes et les intercommunalités. » Une des difficultés supplémentaires est la baisse des dotations étatiques eu égard aux missions qui incombent aux collectivités locales. Comment celles-ci peuvent employer des entreprises pour réaliser des chantiers si elles n’ont pas l’argent ? Contrairement à ce que le gouvernement avait annoncé, cette baisse devrait continuer « selon ce que l’on aurait appris. » Depuis vingt-cinq ans, la commune n’a pas augmenté les diverses taxes mais jusqu’à quand ?

D’autre part, l’ODAC – office de HLM – a construit sur un terrain municipal plusieurs logements (avant de sortir du bourg en direction de Peyrat). À ce jour, quatre des six logements ont trouvé des locataires.

En ce qui concerne les deux élus de l’opposition, Daniel Perducat avait été agréablement surpris par la cordialité qui s’était instaurée en début d’année, Frédérique Lambey allant même jusqu’à le féliciter pour son engagement pour les réfugiés. Mais… « nous avons reçu au mois de décembre L’INTERcoMMunale – bulletin de l’association Territoire en commun ». Une lettre, qui aurait pu, selon lui « être signée par le front national car les slogans favoris de Madame LePen y sont abondés : tous pourris » dans laquelle le maire est « calomnié de manière éhontée » conclut-il.

L’évocation des grands travaux énoncés plus haut devait clore le discours : la mise en place de l’aire de covoiturage, de l’étude préalable pour la chaufferie, terminer la rénovation des gîtes du Buchou (ceux qui ne sont pas loués au CADA), rénovation des huisseries de l’école, poursuite de l’aménagement de la rue Gabriel Péry, acquérir plusieurs hectares aux Pradelles afin d’y aménager un éco-quartier…

« Merci à tous ceux qui nous aident à mener ces projets, le personnel municipal, les associations, les forces de l’ordre… » La commune essaie aussi tant que faire se peut de soutenir le commerce local en offrant des bons d’achat aux personnes âgées par exemple.