Une mue de printemps à la Cité

Publié le 24 avril 2015 | Actualité / Monts-et-Barrages

 

cite insectes 01

Il n’y a pas que l’arrivée du printemps qui fait plaisir à Nedde, la réouverture de la Cité des insectes et la présentation des nouveautés de l’année font partie des événements qui marquent le mois d’avril.

La « Cité des insectes » a ouvert ses portes depuis le début du mois et jusqu’au 11 novembre. Cette année, l’équipe a profité de la trêve hivernale pour « relooker » les salles et installer les différentes expositions. Car cette année est importante pour la Cité et le monde entomologiste : Régine et Jim Elliott débutent leur dixième saison et 2015 est aussi l’année du centenaire de la mort de l’entomologiste français Jean-Henri Fabre.

Ce naturaliste français, dont Jean Rostand disait qu’il était « un grand savant qui pense en philosophe, voit en artiste, sent et s’exprime en poète » est à l’honneur tant dans les salles que dans le jardin ou le théâtre tant les champs d’intervention de cet homme étaient variés. Ce centenaire de la mort de Jean-Henri Fabre est l’occasion d’un véritable « tête-à-tête » avec les insectes. La trêve hivernale a permis à l’équipe et à l’entomologiste amateur Frédéric Hauwel d’agencer autrement les espaces d’expositions.

La visite est plus attrayante et ludique grâce à des petits écrits qui mettent en exergue telle ou telle information. Les enfants pourront donc attirer l’attention de leurs parents sur tel ou tel insecte et en apprendre un peu plus sur ce monde du minuscule. Dans le bureau du naturaliste, différents travaux de cet entomologiste, un des pionniers de l’éthologie animale, sont présentés. Alors que dans la salle de l’entomologiste, de nouvelles vitrines présentant différentes variantes de papillons ou de coléoptères ont enrichi la collection de la Cité. Ces vingt-et-une vitrines qui ont été confiées par une habitante de Tulle à la Cité sont celles d’un entomologiste-amateur, Eric Brandibas .

Celles-ci révèlent quelque 861 spécimens de papillons et de coléoptères qui sont classés avec une approche très scientifique, selon la taille, la morphologie… Dans le jardin, un parcours poétique des poèmes de Jean-Henri Fabre attend les visiteurs. Chacun de ses poèmes est illustré par des insectes. En parallèle, un documentaire sur cet entomologiste hors du commun sera diffusé dans le théâtre.

Des résidences…

Tout au long de la saison et pour illustrer cet hommage, trois résidences s’installent à la Cité. La première s’installe dès le mois d’avril avec le photographe Philippe Blanchot et Claire Villermant, chercheur au Muséum national d’histoire naturelle de Paris ; une autre en juillet et enfin, une dernière au mois d’août avec l’entomologiste amateur Frédéric Hauwel.

Pour la résidence de Philippe Blanchot, plusieurs portraits d’insectes ont été installés dans le cabinet de curiosités. À travers ces « Portraits d’insectes », ce macrophotographe entomologiste offre des photos comme si les insectes avaient pris la pose devant l’objectif, tellement leur tête semble proche, comme s’ils regardaient le spectateur les yeux dans les yeux. Ces clichés sont commentés par Claire Villemant, chercheur au Muséum d’histoires naturelle de Paris. D’ailleurs, un grand week-end de rencontres, de conférences et des animations est d’ailleurs organisé le week-end du 25, 26 et 27 avril avec le photographe, cette chercheuse ainsi qu’une maître de conférence au Muséum, Christine Rollard. Cette exposition restera sur place jusqu’au mois de novembre.

Lors de la deuxième résidence, au mois de juillet, la Cité des insectes reçoit l’artiste entomologiste, Patrick Bleuzen, Cet autodidacte va s’employer à créer plusieurs œuvres avec des insectes arthropodes qui seront les artistes de ses œuvres. Et au mois d’août, Frédéric Hauwel proposera des animations autour des expositions présentées comme des jeux de piste par exemple. Pour cette année consacrée à Jean-Henri Fabre, l’équipe offre aux visiteurs de découvrir une autre part de son œuvre musicale : le directeur de la Cité, Jim Eliott, a revisité un de ses morceaux. Cette installation sonore sera diffusée dans les deux salles dédiées à cet éthologue – entomologiste – musicien – poète.

La Cité des Insectes Lieu-dit « Chaud » à Nedde, téléphone : 05 55 04 02 55. Ouvert jusqu’au 11 novembre de 10 H à 19 H. Tarif : adultes : 8,20 euros et enfants de 4 à 15 ans : 5,80 euros. La visite du musée et des collections permanentes ainsi que des expositions temporaires sont incluses dans ce tarif.