Une bouffée d’air pour l’hôpital Roland Mazoin

Publié le 19 septembre 2019 | Actualité / Ouest-Limousin

Le directeur délégué de l’hôpital aux côtés de Pierre Allard et des représentants des différents services.

En début d’année, la santé de l’hôpital de Saint-Junien préoccupait élus, représentants syndicaux et usagers qui manifestaient en nombre dans les rues de la cité gantière.

En cause, la fermetures de services comme les soins continus en cancérologie ou le manque de spéciaclistes. Une réunion était alors organisée avec le directeur de l’agence régionale de santé (ARS) et, la semaine dernière, Pierre Allard, maire de Saint-Junien et aussi président du conseil de surveillance du centre hospitalier, et David Jourdan, le directeur délégué de l’établissement, présentaient des avancées du dossier qui semblent rassurantes.
En effet, dans cette présentation, on peu noter un soutien de l’ARS qui s’engage, dans un «plan de retour à l’équilibre financier» à aider le centre Roland Mazoin qui a désormais comblé son déficit. Jusqu’à la fin de l’année 2021, l’investissement devrait ainsi bénéficier d’aides.
Les menaces qui pesaient sur les services s’éloignent avec une activité en hausse cette année par rapport à 2018 (urgences, gériatrie, chirurgie ambulatoire) et aucune fermeture ne devrait avoir lieu.
L’établissement ne pouvant cependant pas répondre à tous les besoins, des pôles «interétablissements» avec le CHU de Limoges ont été mis en place pour permettre la prise en charge de tous les patients. Pour Pierre Allard, il faut à ce propos «développer les disciplines pratiquées à Saint-Junien pour s’adapter au mieux aux besoins de la population».
C’était une des principales inquiétudes : le retour de la chimiothérapie sur place se faisait attendre et, s’il ne va pas redémarrer au niveau qui était le sien il y a deux ans où il accueillait une dizaine de patients par jour, le service reprend dès cette semaine. Dans un premier temps, ce sont les cancers digestifs qui pourront être traités ici.
Depuis le printemps, le service de gériatrie est reconnu comme une spécificité en matière de soins aigus et 12 lits ont été créés pour accueillir la population sans passage par les urgences.
Pour finir, depuis le début du mois, une unité d’hébergement renforcée a été créée à l’EHPAD Chantemerle pour accueillir les malades atteints d’Alzheimer et leur offrir un cadre de qualité et sécurisé.