Un mariage forcé en Ouest Limousin

Publié le 12 novembre 2015 | Une

Les élus (ici, Agnès Varachaud, maire de Saint-Mathieu) remettent leurs écharpes à Nathalie Valleix.

Les élus (ici, Agnès Varachaud, maire de Saint-Mathieu) remettent leurs écharpes à Nathalie Valleix.

L’exercice n’est pas facile mais il faut y passer. Le sous-préfet de Rochechouart Nathalie Valleix était à la salle des fêtes d’Oradour-sur-Vayres, le 4 novembre, pour présenter aux élus des communautés de communes des Feuillardiers et de la Vallée de la Gorre comment procéder à la fusion annoncée par le préfet de ces deux EPCI.

Au cours de cette présentation par les services de la préfecture et la direction des finances publiques, on notait des différences entre les deux structures qu’il faudra gommer d’ici le 1er janvier 2017. C’est en effet à cette date que l’union devrait être terminée. Les élus peuvent encore s’y opposer mais on notait un certain «aquoibonisme» parmi les rangs même si c’est en juin 2016 que le préfet présentera le périmètre officiel qui devra être adopté par les EPCI. Si la moitié des communes (représentant la moitié de la population) le refuse, le projet devra retourner devant la CDCI mais, au final, c’est bien le préfet qui décidera de la fusion tout comme la composition du nouveau conseil communautaire s’il n’est pas désigné au 15 décembre (il prendra de nouveau ce rôle pour trancher si aucun accord entre les 2 EPCI est trouvé d’ici mars 2017). Le nombre de conseiller communautaires sera de 30 au minimum (avec la possibilité d’en ajouter 7 au maximum) et déjà certains s’inquiètent de la représentativité des communes dont les plus petites n’auront qu’un représentant. Et quid de la représentation des élus d’opposition qui risquent d’être tout simplement évincés ? Quid de la parité ?

«Tout est déjà prêt alors pourquoi on nous demande notre avis ?» «Vu les délais qu’on nous impose, il va falloir passer nos week-ends en réunions» sont autant d’inquiétudes parmi les rangs des élus dont un bon nombre envisage encore la fusion avec le nouvel EPCI Porte Océanes du Limousin (Météorite et Vienne-Glane) et préféreraient attendre pour «construire une réelle fusion sans précipitation».

En fin de réunion, une dizaine d’élus des Feuillardiers, pour protester contre la fermeture de la Trésorerie d’Oradour, remettaient leurs écharpes au sous-préfet après que le maire de la Chapelle-Montbrandeix eu présenté les raisons du mouvement. «Combien de maires n’ont pas besoin de joindre leur trésorerie tous les jours ? Pour la gendarmerie on a dit OK même si on reste vigilants mais on est en ZRR et on ne peut pas nous supprimer une trésorerie sans concertation».