Tous engagés pour réaliser des économies d’énergie

Publié le 11 février 2015 | Actualité / Ouest-Limousin

Bernard Martinez, Pierre Allard et Joël Ratier pendant la signature de l’accord.

Bernard Martinez, Pierre Allard et Joël Ratier pendant la signature de l’accord.

La ville et la communauté de communes ont signé un accord avec EDF pour améliorer leurs bilans énergétiques.

Comme le souligne Bernard Martinez, directeur du développement territorial à EDF, «le Kw/h le moins cher c’est celui qu’on n’utilise pas».

À l’occasion de la signature d’un accord avec EDF, le maire de Saint-Junien et le président de la communauté de communes Vienne-Glane ont détaillé les moyens mis en place pour tendre à une «maîtrise de la demande en énergie» de leurs collectivités respectives. «Saint-Junien est engagée depuis un certain temps (premier protocole signé en 2008), se souvient Pierre Allard. Le premier secteur où nous avons travaillé était celui de la station d’épuration puis nous avons revu l’école de Chantermerle, sensibilisé le personnel, modifié les luminaires extérieurs…»

Et c’est une des rares politiques où l’on peut faire des économies gagnantes pour tous. Dans les écoles, où l’interlocuteur commercial auprès des collectivités Fabrice Bergeal est intervenu comme auprès du personnel municipal, ce sont déjà près de 16% (Joliot Curie) qui ont pu être économisés sur la consommation habituelle ! La mairie, elle, consomme 8,6% de moins qu’avant en «changeant certaines façons de vivre» selon Bernard Martinez.

«On veut tous un monde plus propre mais ça coûte de l’argent» souligne Pierre Allard qui se félicite de ce partenariat grâce auquel la ville a touché, par exemple 3 189 euros d’EDF pour l’installation d’un système de variation électronique de vitesse ou encore 5 400 euros lors de la réfection de l’école de Chantermerle.

«C’est une démarche vertueuse» pour Bernard Martinez, «on ne distribue pas des aides comme ça, c’est une incitation commerciale pour aider les investissements qui vont dans la direction que l’on a toujours défendue : dépenser bien l’énergie parce qu’elle n’est pas inépuisable». Joël Ratier ajoutait que «cette responsabilité de savoir ce qu’on va léguer à nos enfants nous engage».