Saint-Léonard : donner l’envie d’étudier…

Publié le 18 septembre 2014 | Actualité / Monts-et-Barrages

Claire Canoz peut être fière de son établissement, qui connaît toujours de bons résultats.

Claire Canoz peut être fière de son établissement, qui connaît toujours de bons résultats.

Le collège-lycée Bernard Palissy a depuis début septembre rouvert ses portes pour accueillir, cette année, 425 collégiens et 273 lycéens. Lors de ces 3 dernières années, les effectifs du lycée n’ont cessé de croître, passant de 183 à plus de 270 élèves aujourd’hui. Cette hausse peut s’expliquer d’une part parce que l’établissement propose une multitude d’options originales et, de l’autre, parce qu’ il offre en même temps un cadre d’étude quelque peu privilégié…

Alors que le lycée était « en péril » il y a de cela 4 ans, Claire Canoz, proviseur-principal, est soulagée et même satisfaite que son établissement soit de nouveau sur de bons rails. Les effectifs du lycée sont en effet à la hausse depuis 2011 et cela peut s’expliquer dans un premier temps par la diversité des options, proposées pour certaines, dès le collège. La section « jeunes sapeurs pompiers » en partenariat avec la caserne de Saint-Léonard en est un bon exemple puisqu’elle est disponible dès la classe de 4e et peut se poursuivre jusqu’en 1re.

Le proviseur souligne toutefois que les élèves ne suivent hélas pas tous la formation jusqu’à son terme. « Lors du passage au lycée, certains élèves se dirigent vers d’autres choix ou partent simplement dans d’autres établissements et n’obtiennent donc pas leur brevet de jeunes sapeurs pompiers ». Il n’en reste pas moins que cette section connaît toujours un franc succès et permet aussi à des jeunes de trouver leur vocation. Sinon, les lycéens miaulétous, en plus des cours « classiques », ont aussi le choix entre plusieurs modules aussi divers que variés tel que l’option « art visuel » attirant par exemple de nombreux jeunes qui se destinent aux métiers du Cinéma. Le lycée est d’ailleurs en partenariat avec l’équipe de la série télévisée « Un village français » et, du coup, des professionnels interviennent ainsi au lycée et les élèves ont la chance d’assister aux quelques tournages. D’ailleurs, plusieurs d’entre eux apparaissent comme figurants.

À partir de la 1re S, il est également possible ici de suivre la nouvelle option Aéronautique qui offre à son terme la possibilité d’obtenir un brevet de planeur. Le lycée est aussi en partenariat, depuis cette année, avec les clubs de baskets de Saint-Léonard et de Feytiat ce qui permet à quelques jeunes sportifs de suivre leurs entraînements sur leur temps d’internat grâce à la mise à disposition d’un transport entre les gymnases et le lycée. En plus de son éclectisme au niveau optionnel, l’établissement peut se venter d’offrir un cadre d’étude relativement privilégié. Le « campus » est agréable, entretenu et fleuri et l’on imagine déjà les révisions des bacs et brevets, les livres ouverts sur la pelouse et sous le soleil…

Outre un cadre séduisant, l’établissement est fort d’une équipe pédagogique efficace d’où les bons résultats aux examens lors de ces dernières années. « Au bac cette année, les S et le L ont été très bon, les ES un peu moins. C’est sûr qu’avec nos petits effectifs, rien qu’un seul élève qui passe à côté fait considérablement chuter la moyenne » selon Claire Canoz. Il n’empêche que son établissement met tout en œuvre pour la réussite et l’épanouissement de ses élèves avec notamment des partenariats dans le domaine culturel. De la Seconde à la Terminale, les élèves vont suivre un « parcours artistique et culturel » en assistant à 5 spectacles abordant des arts différents (théâtre, danse, cirque, cinéma…). Le lycée est partenaire du Théâtre de l’Union et de l’Opéra de Limoges, offrant ainsi aux élèves la possibilité d’accéder à des biens culturels aussi riches que diversifiés et ce à moindre coût. En s’étant associé avec différents établissements culturels, Bernard Palissy propose à ses jeunes d’accéder à des films et des spectacles à prix avantageux.

Pour finir, notons que le collège teste, depuis 3 ans, un nouveau système de notation… sans note pour les 6e. En effet, afin d’accompagner au mieux l’élève pendant sa transition de l’école primaire à l’enseignement secondaire, le collège a fait le choix de l’évaluer non pas avec une note mais plutôt avec des mots. Claire Canoz semble convaincue que « ce système permet de ne pas stigmatiser mais au contraire d’encourager et parfois même de raccrocher un élève à l’école. L’élève n’est en effet pas sanctionné par une moyenne de notes qui ne veut parfois pas dire grand-chose. Au contraire, ce système s’attache aux compétences de l’enfant afin de lui montrer son évolution grâce à des appréciations écrites et orales, plutôt que de sanctionner d’une note qui ne veut parfois rien dire ». Les enseignants de l’école primaire et ceux du collège se rencontrent et se reçoivent pour échanger, pour voir comment se passe l’avant et l’après 6e et pour tenter de mieux répondre aux besoins de leurs élèves.