Saint-Junien accorde des bourses pour la mémoire

Publié le 16 juillet 2014 | Une

st-junien - convention université

Pierre Allard et Hélène Pauliat

La Ville de Saint-Junien s’est engagée dans la commémoration du centenaire de la première guerre mondiale. Cette commémoration qui se déroulera sur cinq ans sera pluridisciplinaire et transversale puisque la commune s’attache à fédérer toutes les initiatives qui marqueront cet événement qu’elles soient associatives, institutionnelles ou privées.

Ce projet a récemment obtenu le label « Mission du Centenaire » créé par l’État. La commune souhaite notamment développer un travail mémoriel auprès des jeunes générations. Dans ce cadre une bourse d’étude est proposée aux étudiants en histoire de l’Université de Limoges afin de favoriser la recherche sur l’impact de la première guerre mondiale à Saint-Junien. Sont également proposés des ateliers d’arts plastiques à destination des plus jeunes (de la maternelle au primaire), des ateliers aux archives municipales pour les classes de collèges, et les élèves du lycée Paul Eluard préparent des rencontres cinématographiques à la Bourse du Travail. Il était important de favoriser, développer et mettre en valeur la recherche universitaire autour du thème Saint-Junien pendant la guerre. L’idée d’une bourse d’étude pour un étudiant par an choisissant ce thème est apparue très tôt dans le projet de commémoration. Afin de mettre en place cette gratification, une rencontre entre les services de la mairie et les responsables du département d’Histoire contemporaine s’est déroulée le 4 juin 2013 à l’université de Limoges. A cette occasion ont été présentées un ensemble de thématiques et de problématiques possibles, avec pour chacune d’elles, les différentes ressources archivistiques existantes. Après un accueil très favorable des universitaires, une première étudiante s’est portée volontaire et a été choisie. Son travail a pour but d’étudier la population de Saint-Junien face à la Grande Guerre, et en quoi la guerre a été déterminante pour l’histoire de la commune. À l’issue de la présentation de leur mémoire devant un jury, les étudiants déposeront deux exemplaires de leur mémoire aux archives municipales de la ville de Saint-Junien. Le 17 juin Pierre Allard, maire et Hélène Pauliat, présidente de l’université de Limoges, ont signé officiellement la convention. À l’issue de l’année universitaire 2017-2018, il sera organisé un colloque réunissant l’ensemble des élèves ayant bénéficié du dispositif. Une parution (actes du colloque) pourra également être envisagée.

Julie Labergerie, lauréate de la bourse

Première lauréate de la bourse d’étude, Julie Labergerie, étudiante en Master 1 d’histoire contemporaine a mené une étude destinée à éclairer l’impact social, économique et politique du conflit dans la commune. Après 3 ans de Khâgne à Paris, Julie Labergerie a choisi de s’inscrire en Master 1 d’histoire contemporaine à la faculté des Sciences humaines de Limoges. Passionnée par le conflit de 1914-1918, elle s’est portée candidate à la bourse d’étude lancée par Saint-Junien en prenant la commune et ses habitants comme sujet d’étude. Durant six mois cette jeune femme de 21 ans s’est donc plongée dans les archives départementales et municipales sous la direction de Fabien Archambault. « Pour mes travaux je me suis essentiellement appuyée sur l’ensemble des documents numérisés des journaux locaux, ou des délibérations du conseil municipal,» explique-t-elle. «Ces écrits où apparaissent les dons de nourriture et d’argent par exemple, m’ont permis d’être au plus près des habitants de l’époque et de leur quotidien. J’ai décidé de me pencher sur la population à l’épreuve de la guerre car il me semblait intéressant de voir comment elle avait réagi, quelles formes d’entraides s’étaient développées, les contacts qu’elle a pu avoir avec les combattants etc. A partir de 1919 la municipalité socialiste se met en place et on constate alors tous les changements sociaux et politiques que cela engendre. C’est ainsi que la mairie met en place un ‘’ouvroir’’ un lieu où les femmes viennent coudre des vêtements destinés aux militaires afin d’empocher un petit revenu. On assiste également à de grands élans de solidarité et de nombreux habitants acceptent d’héberger des soldats de passage ou du 15e régiment d’artillerie » Julie a soutenu avec succès son mémoire à la fin du mois de mai. Elle a été reçue avec mention très bien. Son mémoire est désormais consultable aux archives municipales.