Oradour/Glane : La vidéo protection et un chemin piétonnier sécurisé inaugurés

Publié le 20 septembre 2017 | Actualité / Ouest-Limousin

Une inauguration faite en présence de très nombreuses personnalités dont Philippe Lacroix maire d’Oradour-sur-Glane, Raphaël Le Méhauté préfet du département, Pierre Allard maire de Saint-Junien, Sylvie Tuyéras maire de Saint-Brice-sur-Vienne, le capitaine Sylvain Soula commandant de la communauté de brigades de Saint-Junien.

Le dispositif de vidéo protection mis en place par la municipalité, ainsi que le chemin piétonnier reliant le parking de La Renaissance au Centre de la mémoire ont été inaugurés officiellement le vendredi 15 septembre.

Les problèmes posés par le chemin piétonnier sont en effet réglés. Il est désormais accessible à tous (valides, handicapés, poussettes…) et par tous les temps puisque réalisé en béton désactivé. De son côté la vidéo protection a été envisagée par la municipalité suite à plusieurs cambriolages, des actes de vandalisme et l’utilisation du village Martyr comme terrain de jeu certains soirs.

Le soutien de la population a permis au conseil municipal d’acter la décision, un conseil municipal qui a ensuite voté le projet à l’unanimité. Comme le souligne Philippe Lacroix: « Le dispositif a été mis en place pour protéger et dissuader pour un montant total de 152 000 euros subventionné à 40% par l’état. 14 caméras de haute définition ont été positionnées sur 9 points de la commune de façon à protéger le bourg et le village Martyr: aux entrées et sorties de bourg, sur les ronds points, aux abords des installations sportives et dans le village Martyr. Elles sont toutes reliées à un poste central situé en mairie et n’engendrent aucun frais de fonctionnement. Les images enregistrées en permanence sont consultables pendant 30 jours et uniquement en cas de problème par les services de la gendarmerie et 5 élus. Nous en ressentons déjà les effets positifs et notre prochain projet de sécurisation concernera la cité scolaire ».

De son côté Raphaël Le Méhauté le préfet du département a tenu à souligner l’appui financier important (450 000 euros) apporté par l’état pour faciliter l’installation de la vidéo protection dans le département. « Huit communes en sont désormais équipées et le programme est appelé à se développer. L’installation des caméras n’est pas libre puisqu’elle est soumise à la validation du conseil départemental de vidéo protection qui s’assure que les libertés individuelles sont bien respectées. Grâce aux caméras, la délinquance diminue et le taux d’élucidation des affaires progresse. Et de conclure en précisant que par rapport à de nombreux pays d’Europe, la France avait tardé à mettre en place la vidéo protection mais que son installation progressait suite au contexte d’insécurité actuel.