Se connecter avec nous
Abonnement 1€

Oradour sur Glane : indignation unanime autour des « tags » révisionnistes

Haute-Vienne

Oradour sur Glane : indignation unanime autour des « tags » révisionnistes

Vendredi dernier étaient découvertes des inscriptions révisionnistes sur le Centre de la Mémoire d’Oradour sur Glane.

Vendredi dernier étaient découvertes des inscriptions révisionnistes sur le Centre de la Mémoire d’Oradour sur Glane.
La réaction des politiques de tous bords a été immédiate et unanime pour condamner ces «tags» rappelant les théories mensongères du négationniste néonazi Vincent Reynouard, condamné à plusieurs reprises pour ses propos niant l’Holocauste.
Pour le président de la Région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, ces actes de profanation «sont le fruit de la haine et du déni de l’Histoire. À la fois indignes et lâches, ils constituent une négation du drame enduré par les 642 femmes, hommes et enfants qui sont morts le 10 juin 1944, et de la souffrance de leurs familles. Cette insulte à l’intelligence et au devoir de mémoire ne doit pas rester impunie.
Cela doit nous encourager à entretenir la mémoire de ce lieu et de son histoire avec d’autant plus de force. »
Le préfet de la Haute-Vienne dénonçait, lui, une «offense à l’histoire, à la mémoire, à la douleur. Cet acte n’est pas innommable, il porte un nom : c’est un acte ignoble».
Le président de la République s’est lui aussi indigné et l’ancien député du secteur devenu secrétaire d’état est venu rendre hommage aux victimes du massacre dès le lendemain aux côtés du président du département et du maire de la commune, Philippe Lacroix.

« C’est un crime »

Le maire d’Oradour sur Glane, ressent, « bien sûr, de l’indignation » et le temps n’est plus au silence. « On a toujours laissé les enquêtes se faire autour de ces actes en essayant de faire le moins de bruit pour ne pas donner de visibilité à ceux qui répandent ces idées nauséabondes mais il est temps qu’il y ait une diffusion exemplaire des réponses qui seront apportées à ces crimes, car c’est un crime de s’en prendre à la mémoire de ceux qui ont souffert des suites de ce massacre. Ça fait trop longtemps que des idées comme celles de Reynouard sont diffusées librement à travers des vidéos sur internet ou autres.

Il y aura un procès et sa médiatisation est importante. La vérité historique est importante, là c’est Oradour mais ça a été la Shoa qui a été niée, demain ça sera ailleurs… Les révisionnistes et négationnistes ont de plus en plus d’adeptes et un jour ils seront trop nombreux si on ne fait rien. Même les SS n’ont pas nié le massacre lors de leur procès ! »

Philippe Lacroix revient sur les moyens dont disposes les enquêteurs dont les caméras de surveillance installées sur la commune. « Il y en a au rond point juste en dessous du Centre de la Mémoire qui appartiennent à la commune et dont les enregistrement sont, bien entendu, au service de la gendarmerie auprès de qui la mairie a déposé plainte avec l’association des familles de victimes. Le Centre de la Mémoire a également déposé plainte et dispose aussi de caméras sur place, qui appartiennent au département, et qui seront exploitées ».

« Un acte rempli de haine et de violence »

Les deux conseillers départementaux du secteur, Pierre Allard et Sylvie Tuyéras, ont eux aussi réagi à la suite de ces actes et exprimant « leur profonde indignation et leur révolte face à cet acte inqualifiable rempli de haine et de violence.

Les auteurs de ces inqualifiables dégradations doivent être appréhendés et condamnés. La mémoire du massacre d’Oradour sur Glane doit être plus que jamais rappelée, notamment vis-à-vis des jeunes générations qui doivent connaître le danger mortel que constituent les idées racistes et xénophobes véhiculées par ceux qui tentent de falsifier l’histoire. N’oublions jamais que la tragédie d’Oradour sur Glane est un crime contre l’humanité dont notre territoire, et la nation entière porte la plaie béante. « 

Retrouvez l’interview de l’historien Pascal Plas sur ce sujet dans notre édition de la semaine et les réactions des élus dans notre édition du 4 septembre.

Continuer La Lecture
Annonce Abonnement 1€
Vous aimerez aussi...

Plus Haute-Vienne

Haut De Page