Les comportements irresponsables dans la ligne de mire des pouvoirs publics

Publié le 11 février 2015 | Une

DSC_0631

Si les chiffres provisoires sur l’accidentalité routière ne sont pas satisfaisants sur le plan national, ils sont particulièrement mauvais au niveau de la Haute-Vienne. Laurent Cayrel, préfet du département, annonce un renforcement de la prévention comme de la répression.

Bien que le nombre d’accidents mortels stagne pour la 3e année consécutive, celui des tués est, lui, en augmentation avec 3 de plus qu’en 2013 (+14,3% en Haute-Vienne contre +3,7% au niveau national). Le préfet a rappelé que les usagers vulnérables (piétons et deux-roues) représentent encore trop de victimes avec un quart des tués.

Parmi les premières causes d’accident, on retrouve l’alcoolémie, la vitesse excessive mais aussi les manœuvres dangereuses et les refus de priorité. Le nombre des accidents mortels impliquant un conducteur sous l’emprise de l’alcool ou de stupéfiants est en nette hausse (9 accidents en 2014 contre 5 en 2013). «  La consommation d’alcool et de cannabis reste la première cause des accidents mortels avec près d’un accident sur deux et de la moitié des tués. C’est scandaleux. Si la prévention ne suffit pas, on va renforcer la répression »  s’indigne le préfet Laurent Cayrel qui présentait ces chiffres le 28 janvier dernier.

Comme l’a récemment annoncé le Ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve, l’objectif est de réduire de moitié le nombre de tués sur les routes à l’horizon 2020 : « Je me fixe le même objectif et pour cela on va renforcer les contrôles, notamment les contrôles d’alcoolémie ». Au niveau du département, sur 78 090 tests ethylomètriques, 2 038 se sont révélés positifs (2,6%) alors que dans le même temps, 397 dépistages de stupéfiants ont eu lieu dont 290 sont apparus concluants (soit 73%). « Par rapport à 2013, on constate une hausse de 22% des dépistages positifs pour le cannabis et une augmentation des infractions liées à l’alcool, ce qui nous incite à faire plus de dépistages. Il ne s’agit pas de renflouer les caisses mais bien de sauver des vies » explique le préfet. Surtout que les pouvoirs publics sont en train de mettre point un test plus performant que les formes de dépistage actuelles, à l’image de l’éthylomètre. « Souvent, les consommateurs de cannabis ne savent pas que le produit est détectable pendant 15 jours, surtout s’il est de bonne qualité autrement dit si la teneur en THC du produit est importante » souligne le procureur de la République Michel Garrandaux.

Pour les récidivistes, le procureur promet des sanctions plus lourdes qui peuvent aller de la saisie du véhicule à la prononciation d’une peine de prison ferme. D’ailleurs, un projet de loi est actuellement sur le feu et prévoit d’abaisser la tolérance de l’alcool au volant des jeunes conducteurs. En effet, les jeunes conducteurs vont désormais devoir ne plus dépasser 0,2 g/l de sang alors qu’ils avaient droit jusque-là à un taux de 0,5 g/l de sang. Laurent Cayrel conclu : «  J’aimerais que les familles endeuillées témoignent dans le cadre de campagnes de communications . On l’oublie souvent mais les tués sur les routes sont de véritables drames pour les familles ». Les usagers de la route sont donc prévenus : le gouvernement est bien décidé à sévir à l’encontre des conducteurs jugés irresponsables pour faire diminuer encore et toujours le nombre d’accidents mortels sur nos routes.