Le survivant continue de porter son message de paix

Publié le 16 mars 2016 | Une

Robert Hébras aux côtés de Michaël Faugeroux,  conservateur de "la maison de l'histoitre", du Baden-Würtemberg.

Robert Hébras aux côtés de Michaël Faugeroux,  conservateur de « la maison de l’histoitre », du Baden-Würtemberg.

Les 3 et 4 mars, Robert Hébras se trouvait de nouveau en Allemagne pour porter son message de paix. Ce déplacement faisait suite à une invitation du Maire de Schorndorf, ville de 40 000 habitants située dans le Baden-Würtemberg. Depuis 1969, Schorndorf est jumelée avec Tulle, autre ville du Limousin ayant subi les exactions de la Division SS das Reich.

À l’occasion de ce déplacement, Robert Hébras était accompagné de Bernadette Malinvaud, présidente de l’association « Oradour, Histoire, Vigilance et Réconciliation » et de Michaël Faugeroux, réalisateur du film « le droit à la mémoire ». Le 4 mars, les habitants de Schorndorf étaient invités à participer à une soirée thématique consacrée à l’évocation du massacre d’Oradour-sur-Glane. Après une courte présentation du contexte historique qui prévalait au moment du massacre, puis de la projection du film, l’auditoire a pu s’entretenir avec Robert Hébras. Au cours de cette phase d’échanges, il est largement revenu sur l’entente entre les peuples et la nécessité du dialogue, fondement de la réconciliation franco-allemande. Comme à chaque fois, son discours pointe du doigt l’idéologie nazie, tout en insistant sur le fait que la barbarie ne peut se résumer à la folie d’une nation.

Durant ces deux journées passées à Schorndorf, 140 élèves ont également pu rencontrer Robert Hébras. Pour lui, ces instants partagés avec les jeunes générations constituent une priorité absolue. Après avoir visionné le film « le droit à la mémoire », les lycéens, très impressionnés par la présence de ce grand témoin de l’Histoire, ont pu lui faire part de leurs interrogations. Comme à son habitude, Robert Hébras les a immédiatement rassurés en précisant que les mauvaises questions n’existent pas.

À l’issue de ce long moment de partage, Robert Hébras a invité les élèves à la plus grande vigilance, en expliquant que le contexte actuel, marqué par la haine le populisme et le chômage, ressemblait de manière inquiétante aux années qui ont précédé le second conflit mondial. Pour conclure son intervention, Robert Hébras a tenu à rappeler aux jeunes que la démocratie est au combien précieuse, mais fragile. Chacun doit donc veiller à mettre tout en œuvre pour la préserver.