Le petit patrimoine mis en valeur à La Croisille-sur-Briance

Publié le 13 octobre 2016 | Une

croisille-lavoir

Eugène Viollet-le-Duc ne disait-il pas ? « Restaurer un édifice, ce n’est pas l’entretenir, le réparer ou le refaire, c’est le rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné » c’est par ses mots que le maire de la Croisille a commencé son intervention à l’occasion de l’inauguration des travaux du Lavoir municipal (1).

En effet la remise en état et la préservation du patrimoine communal, petit ou grand, représente dans une commune comme La Croisille-sur-Briance, un élément essentiel de son identité, de son histoire collective, d’autant plus qu’étant dans le Pays Monts et Barrages la commune est classé Pays d’Art et d’Histoire, ce qui lui donne des devoirs envers son patrimoine.

c’est pourquoi, la commune travaille à le sauvegarder, le protéger ou le reconstruire comme ce lavoir, et le faire connaître, car c’est un héritage commun que sera laissé aux enfants, qui tient compte de l’histoire, de la mémoire, et de la vie de la commune à un moment donné.

À La Croisille le patrimoine ce n’est pas un luxe, du supplément d’âme ou de la nostalgie, c’est une vraie richesse et un lien social par la culture. Et pour faire cette réalisation la mairie a eu besoin de pierres et de tuiles anciennes et elles ont été généreusement offertes, par Cinq personnes différentes du pays qui furent chaleureusement par le maire.

C’est une opération qui a permis un financement à la fois public et privé au travers de la Fondation du Patrimoine et du Parc Naturel Régional, avec un projet architectural dessiné par une architecte de talent du CAUE, Mme Lusseau, montrant ainsi qu’il n’y a pas comme architectes que des libéraux, mais aussi des architectes du service public.

Les travaux ont été réalisés par l’association des chantiers Jacquaires, ce qui a donné du travail a des personnes en réinsertion sociale avec l’appui de David et Stéphane du service technique municipal, qui se sont fortement impliqués, sans oublié le travail d’Evelyne la cantinière de la commune.

Et Jean-Gérard Didierre de rappeler qu’Il existe plusieurs types de patrimoine ici à La Croisille, « l’immatériel comme le patois, le naturel comme les paysages et aussi celui très important de la biodiversité à préserver, puisqu’étant dans le Parc Naturel Régional de Millevaches en limousin, la commune est depuis de nombreuses années et une des premières en Haute-Vienne, en opération zéro pesticides et en extinction de l’éclairage public une bonne partie de la nuit.

Cette réalisation illustre concrètement combien les enjeux liés à la question du patrimoine ne sont pas passéistes, mais bel et bien d’actualité, car préserver et restaurer le petit patrimoine, c’est donc bien préparer l’avenir, car il ne suffit pas de le sauvegarder et de valoriser, encore faut-il le comprendre, et assumer ainsi la transmission de la mémoire locale. »

1. En présence de la présidente du Pays Monts et Barrages, de la suppléante du sénateur de la Haute-Vienne, du président du Parc naturel Régional de Millevaches en limousin, de la déléguée de la Fondation du Patrimoine, des représentants du CAUE et des maires et élus du secteur.