Le maire de Saint-Léonard fait le bilan de son début de mandat

Publié le 27 novembre 2014 | Une

st-leo - itw maire 01

Alain Darbon, nouveau maire de 44 ans et père de 3 enfants, revient sur son début de mandat après 6 mois à la tête de la cité miaulétoune, entre les chantiers, les projets du long terme et le travail de terrain, celui du quotidien.

Depuis le début du mois de mars dernier, Alain Darbon a investi son bureau au 1er étage de la mairie. Ancien ingénieur, il est toujours professeur de physique au Lycée Jean Favard de Guéret où il y a réduit son activité pour s’occuper de ses nouvelles fonctions. Rugbyman à la retraite, lui et son équipe municipale travaillent avec de nombreux partenaires pour tenir les engagements pris lors de la campagne. Les objectifs sont d’améliorer les services publics, de dynamiser toujours un peu plus Saint-Léonard-de-Noblat et ses territoires et d’assurer le cadre de vie d’une ville « à la campagne » aux miaulétouses et miaulétous.

Les parents s’en sont sûrement rendu compte, la garderie et les activités périscolaires ont légèrement changé depuis quelque temps. S’en suit, une fréquentation en hausse, grâce peut-être à des horaires plus adaptées aux enfants et aux familles : « Depuis la rentrée, on a revu le système de mode de fonctionnement de  la garderie ce qui je crois est bien puisqu’on a 25% de gamins à la garderie en plus sans surcoût supplémentaire de la commune. Donc on peut considérer que c’est un élément positif. Au niveau des activités périscolaires, qui avaient été mises en place par la municipalité précédente, on a largement revu la copie et surtout en concertation avec des représentants des parents d’élèves, avec des enseignants mais aussi avec l’ l’ensemble des partenaires. On a diminué un petit peu le volume horaire ce qui a permis d’avoir des nouveaux rythmes qui soient des vrais rythmes, c’est-à-dire que pour les enfants il y ait les mêmes heures d’entrée et les mêmes heures de sortie. Et on a aussi fait des économies financières… » se réjouit Monsieur le maire.

Il croit aux services de proximité et revendique l’accessibilité des services de l’État aux plus grands nombres : « Même si aujourd’hui le travail il est à Limoges, les grandes administrations elles sont à Limoges, à Saint-Léonard et sur l’ensemble du territoire, on a tous les services de proximité dont ont besoin les habitants, qu’il faut renforcer, consolider, pérenniser, donc c’est bien l’esprit de la reconstruction de l’hôpital et celle de la gendarmerie. À la fois, je dois rendre hommage à mes prédécesseurs à la mairie car on a une ville qui je pense est bien équipée, en terme d’équipements sportifs, en terme d’équipements de services. Tout ça il faut le pérenniser tout en gardant l’esprit d’une ville à la campagne. » Une ville qui serait équipée des services nécessaires tout en conservant un cadre de vie agréable. Un des services essentiels dont a besoin la population est l’accès aux soins. À ce propos, un des projets dont la nouvelle municipalité a pris en main est la reconstruction de l’hôpital. Le conseil municipal a en effet voté à l’unanimité le retrait de la délibération portant sur l’achat des terrains sur le site de Maleplane, achat jugé illégal par une lettre du préfet. Les élus et leurs collaborateurs se sont rabattus sur le site du Panaud, terrain bien moins cher au mètre carré que celui du site de Maleplane. Le projet est depuis en bonne voie, la municipalité travaillant de concert avec la direction de l’hôpital et les services de l’État.

Toujours dans l’optique de répondre au mieux aux besoins de ses habitants, la municipalité a déposé un dossier début septembre, suite à l’appel à projet lancé par l’État sur la politique de revitalisation des centres-bourgs. 300 villes  ont été retenues parmi lesquelles Saint-Yriex-la-Perche, Bellac et Saint-Léonard-de-Noblat : « Naturellement, on a déposé un dossier. Là, on a eu un très fort travail de collaboration et de partenariat avec la communauté de commune, avec le pays Monts et Barrages ainsi qu’avec le SIEPAL ( Syndicat Intercommunal d’Études et de Programmation de l’Agglomération de Limoges) ». Il s’agit d’une enveloppe de 240 millions d’euros à se partager et qui « sera surtout destinée aux privés ». La Mairie espère pouvoir bénéficier d’une partie de cette aide pour notamment améliorer les commerces et autres logements vétustes ou mal isolés  « ne garantissant pas un niveau de confort qu’aujourd’hui vous, nous locataires attendons. Si je mets 500, 600 euros de loyer ça veut dire que j’attends un certain niveau de confort. L’aide nous permettrait aussi d’acquérir des bâtiments un petit peu symboliques, emblématiques à Saint-Léonard. On peut imaginer plein de choses. On achète 2 ou 3 commerces sur Saint-Léo, que sur les parties supérieures on en fasse des logements et que l’on mette les commerces à disposition des artisans. Quand je dis à disposition, c’est moyennant un loyer raisonnable. »Une preuve que la nouvelle municipalité met tout en œuvre pour dynamiser Saint-Bruno-de-Montarville et ses territoires n’est autre que le bilan très positif de 2 manifestations organisées simultanément le dernier week-end d’août. C’est à Alain Darbon et à son équipe que l’on doit le succès et alors l’idée de coupler les Médiévales et les journées de la viande bovine : « Dès mon élection, j’avais souhaité des événements phares pour Saint-Léonard, rassembleurs et à ce sujet j’ai souhaité que la fête médiévale soit organisée en même temps que les journées de la viande Limousine. Ça a été un franc succès puisque les rues de Saint-Léonard n’ont pas désempli du week-end du 30 et 31 août. Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas vu du monde comme ça à Saint-Léo. Pourtant, autant les organisateurs des Médiévales comme ceux des journées de la viande bovine étaient frileux; mais bon, il faut dire qu’on a aussi eu de la chance avec le temps qu’on a eu! » D’ici les prochaines semaines, le maire et son équipe feront le point sur les avancés des différents projets lors de futures réunions publiques d’informations. Des sujets tels que la reconstruction de la gendarmerie et l’Aire de Mise en Valeur de l’Architecture du Patrimoine (AVAP) devraient être ainsi abordés. Pour l’heure, le conseil municipal se réunira le 26 novembre prochain.