Le cancer d’origine professionnelle au centre des débats

Publié le 21 octobre 2015 | Actualité / Pays de Saint-Yrieix

DSC_0031

Dans le cadre de la 4e semaine départementale de la FNATH 87, qui se déroulait du 3 au 10 octobre, deux réunions débats ont été prévues sur le thème des cancers d’origine professionnelle. La première a eu lieu à Bellac, le 1er octobre et la seconde s’est tenue le 9 octobre à Saint Yrieix-La-Perche.

Après avoir resitué le débat avec quelques chiffres, Murielle Raynaud Laurent, secrétaire générale départementale de la FNATH 87 qui animait cette réunion, a détaillé les agents cancérogènes connus en milieu professionnel et a précisé leurs conséquences sur la santé. Elle a insisté sur le rôle majeur des médecins du travail sur le sujet. Elle a ensuite pris des exemples et a parlé notamment des cancers ORL, principalement les cancers des fosses nasales, de l’ethmoïde, du nasopharynx et des autres sinus de la face. Elle a évoqué d’une part les principaux agents en cause : les poussières de bois, les composés du chrome, l’aldéhyde formique (formol)… (longtemps ignorées, les poussières de bois sont aujourd’hui reconnues comme agents cancérogènes) ; et d’autre part les activités concernées : l’usinage de bois, la métallurgie du nickel, activités utilisant des colles ou des vernis à base de résines contenant du formol, les laboratoires d’anatomopathologie, l’industrie de la porcelaine, des émaux et des céramiques, chromage, grillage des mattes de nickel…

Murielle Raynaud Laurent a ensuite exposé le double rôle de la FNATH 87 par rapport à la problématique des cancers d’origine professionnelle.

Un rôle de sensibilisation et de prévention tout d’abord par la tenue de stand, l’organisation de réunions et la communication. Cette démarche est nécessaire car beaucoup de personnes sont atteintes de cancers. Pour certaines d’entre elles, ils sont dus au travail (exposition à des agents cancérogènes – comme des poussières de bois, des colles, des peintures… – sur le lieu de travail).

Dans ce cas, il convient de faire valoir ses droits et notamment de déposer une demande de maladie professionnelle auprès de son organisme social pour être indemnisé. Cependant les délais entre l’exposition au risque sur son lieu de travail et l’apparition du cancer peuvent être très longs et aller de 10 à 50 ans !

C’est pour cela qu’il paraît important à la FNATH de mener des campagnes de sensibilisation sur ce thème pour que les salariés, qui développent un cancer, aient enfin le réflexe de se poser cette question : et si c’était le travail ? Et si le cancer était dû au travail ? Afin qu’ils puissent, si c’est le cas, faire valoir leurs droits. Un rôle juridique ensuite, afin d’entreprendre les démarches pour demander la reconnaissance du cancer comme maladie professionnelle et de vérifier ensuite que le taux des séquelles inhérentes à la maladie soit correctement évalué.

Pour finir, la secrétaire départementale a évoqué les mécanismes de reconnaissance des cancers comme maladie professionnelle, les avantages de cette reconnaissance pour la personne comme pour la collectivité et enfin la sous déclaration des maladies professionnelles due pour partie à la peur des salariés de perdre leur emploi. Cette présentation a permis d’ouvrir un débat avec les participants qui ont pu faire part de leur inquiétude quant aux conséquences de l’exposition à certains agents cancérogènes sur leur état de santé futur. La réunion s’est déroulée devant un buffet convivial préparé par les bénévoles de la section FNATH de Saint-Yrieix-la-Perche.