«L’alimentation est une question de santé publique»

Publié le 13 novembre 2019 | Actualité / Une

Corinne Villautreix est diététicienne à Saint-Junien.

Alors qu’arrivent les promesses miraculeuses des régimes avant et après les fêtes, tournons-nous vers Corinne Villautreix, diététicienne à Saint-Junien.

Le Surpoids inquiète en France, c’est une réalité ?

C’est vrai en effet que plus de 30% de la population est en surpoids (et 17% seraient obèses) et je le constate sur le terrain. On peut identifier deux facteurs évidents : la malbouffe et le manque d’exercice physique.
Beaucoup de personnes n’avalent qu’un plat et c’est tout alors qu’il est essentiel de prendre un repas complet et équilibré. Sauter des repas est très mauvais pour l’organisme qui se prépare à stocker plus mais n’épuisera pas ses réserves.
Côté exercice, ce n’est pas difficile, il suffit déjà d’aller marcher !

Mange-t-on trop de viande en France et comment améliorer son alimentation ?

Oui, on mange trop de viande. Ne serait-ce que lorsqu’on prévoit des portions trop grosses. La viande rouge ça devrait être prévu en portion de 100 à 150 gr et une à deux fois par semaine.
Ce qui est essentiel c’est avant tout de varier les menus et donc les apports. L’obligation d’un menu végétarien par semaine à l’école est une bonne chose mais encore faut-il que ce soit bien étudié. Si un menu végétarien n’est pas bien fait il est déséquilibré, il faut bien utiliser les légumes pour remplacer les protéines et ne pas aller vers une carence en fer.
Je rappelle qu’un produit laitier est obligatoire dans un menu pour enfant (fromage ou yaourt) et j’ai vu des écoles du secteur où il n’y avait pas une fois du fromage au menu sur l’année ! Il serait bon que les collectivités fassent appel à des diététiciens pour établir les menus des cantines comme ça se fait en Charente par exemple. C’est une question de santé publique.
Aller vers la production locale est aussi une très bonne chose pour favoriser la qualité et ça soutient l’économie locale donc il n’y a que des atouts.

Sans gluten, eau de bouleau, régimes miracles… Que pensez-vous des modes dans l’alimentation ?

Ce ne sont que des effets de mode ! Si certaines ont permis à ceux qui avaient un réel problème de trouver plus facilement des produits adaptés (l’allergie au gluten est une vraie maladie mais elle n’est pas fréquente, l’intolérance au gluten, elle, reste une mode), d’autres n’ont aucune utilité et peuvent même être néfastes.
L’idée comme quoi le lait de vache serait mauvais pour la santé fait partie des modes dangereuses. Je ne vois pas beaucoup de différences diététiques entre tous les laits d’origine animale même si je reconnais que certaines personnes peuvent avoir des problèmes de digestion mais il ne faut pas déroger à la règle : trois laitages par jour pour tous ! Il est important de rappeler que les laits végétaux peuvent manquer de protéine et n’ont pas du tout de calcium alors attention de compenser !
Au sujet de l’eau de bouleau, je ne peux pas me prononcer pour un quelconque effet «détox» (le seul cocktail détoxifiant que je recommande est simple et peu cher : eau tiède et citron !), vu le prix, c’est plutôt une mode. Elle contient des composants intéressants mais ça semble aussi efficace que l’eau minérale ou l’eau de source et avec elles aussi la règle est de varier, c’est bon pour les aliments mais aussi l’eau.