La santé des rivières est scrutée de près

Publié le 14 juin 2017 | Une

Le Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux du bassin de la vienne

Visite sur une exploitation sur le plateau de Millevaches où des aménagements ont été effectués pour que les troupeaux puissent s’abreuver sans détruire les rives des ruisseaux et ainsi maintenir la faune et la flore locale.

La Vienne est une longue rivière car de sa tête à son embouchure, elle court sur plus de 370 kilomètres, depuis sa source dans le plateau de Millevache à sa confluence avec la Loire située dans l’Indre, à Candes-St-Martin. La longueur de ce fleuve explique que trois commissions locales de l’eau aient été créées afin de veiller à la qualité de ses eaux et aussi des sols qui la véhiculent.

La commission locale de l’eau du Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) du bassin de la Vienne s’est réunie à la mairie, le vendredi 2 juin, afin d’envisager la mise en place de programmes destinés à la préservation des qualités de l’eau pour les années à venir et ce, tout au long de la Vienne. Le SAGE Vienne est un dispositif à portée juridique permettant de définir des objectifs de préservation des ressources en eau. C’est la CLE qui l’élabore et composé d’élus mais aussi des usagers ou encore des administrations. Une des priorités du SAGE Vienne est la pérennité de la qualité ; c’est pour cette raison qu’il est si attaché aux têtes de bassins qui le composent.

Pionnière en terme d’aménagements

La tête de bassin-versant de La Vienne est composée d’un réseau important de rus et de ruisseaux nommé le chevelu qui rejoignent ensuite la rivière principale. Dès 2011, le programme « Sources en action » a été mis en place par le Parc Naturel Régional de Millevaches, le CEN (conservatoire d’espaces naturels) et l’EPTB (établissement public territorial de bassin) et a permis que plus de 900 interventions soient menées en lien avec divers acteurs tels le Pays Monts et Barrages ou des propriétaires privés en faveur de la préservation et la restauration des cours d’eau et zones humides.

Visite de terrain :

découverte d’une zone humide et les aménagements réalisés

Après s’être réunis le matin afin d’aborder plusieurs sujets concernant l’eau et la préservation de sa qualité, les participants à cette CLE (commission locale de l’eau) se sont rendus chez un agriculteur sur le bassin-versant du Lauzat sur la commune de Nedde afin d’y découvrir les actions qui y ont été conduites.

Cet éleveur a effectué différents aménagements afin que son troupeau puisse s’abreuver tout en évitant de détruire les rives des ruisseaux. Ainsi, grâce à l’aide en autres acteurs, de Nicolas Lhéritier du PETR Monts et Barrage, il a installé des abreuvoirs gravitaires et tout un système de canalisation rendant possible l’acheminement de l’eau d’un ruisseau vers les parcelles où paissent les vaches. Ces travaux de restauration de cours d’eau visent à préserver ou à restaurer la continuité écologique, gérer le ripisylves et à maintenir les zones humides qui sont indispensables dans la régulation des flux d’eau (au moment des crues ou des sécheresses par exemple, elles ont un rôle crucial), elles permettent également une épuration naturelle des eaux ; elles accueillent aussi un nombre important d’espèces animales ou végétales (libellules, drosera…). Les travaux qu’il a réalisés sont indispensables pour la préservation de ces zones humides qui sont des milieux fragiles facilement touchés par les activités humaines.

Pour en savoir plus

www.eptb-vienne.fr

« Sources en action » : www.sourcesen action.fr

Sur la CLE du SAGE Vienne : www.eptb-vienne.fr/La-CLE