La Papet’ d’Emin Leydier étoffe son matériel

Publié le 28 mars 2018 | Monts-et-Barrages

Au premier rang des visiteurs, le maire de Saint-léonard-de-Noblat, le président du Conseil Départemental et le conseiller départemental du canton.

Depuis quelques mois, la cartonnerie castelneuvienne du groupe industriel « Emin Leydier Emballage » (1) a acquis un équipement afin d’améliorer la production d’emballages tant en terme de qualité que de rapidité. Cette première machine de transformation permet de s’adapter aux différents modèles souhaités par ses clients et facilite les tâches de manutention des employés.
Découverte du site
À l’occasion de deux journées portes ouvertes, officiels et familles d’employés ont pu découvrir toute la chaîne de production permettant de créer des emballages dont la solidité et l’effectivité sont éprouvées et reconnues par ses clients. Ainsi, ces visites ont permis de découvrir ce site industriel né en 1890, fleuron d’une activité de production de papier d’emballages et acquis en 1989 par le groupe Emin Leydier. Son président, Yves Herbaut, a d’ailleurs présenté rapidement l’organigramme de ce groupe qui ne compte pas moins de huit entreprises réparties dans le pays en amont de cette visite guidée.
Le groupe Emin Leydier est un acteur de l’économie circulaire écologiquement responsable. Il est leader européen dans la production de papiers pour ondulés à partir de papiers et de cartons recyclés. Les emballages cartonnés qui y sont produits sont également recyclables. Ainsi, chaque année, les différentes papeteries du group recyclent près de 800 000 tonnes de papiers et emballages afin de leur donner une seconde vie. En parallèle, le groupe s’est positionné pour que ses sites soient considérés comme des acteurs éco-responsables. Sur celui de Châteauneuf par exemple, que la chaudière biomasse qui a été installée en 2009 produit l’essentiel de la vapeur d’eau nécessaire à la production de carton ondulé et couvre plus de 80% des besoins en chaleur et en vapeur. D’ailleurs, les quatre unités d’Emin Leydier Emballages ont reçu la certification « chaîne de contrôle » FSC (certification qui promeut une gestion responsable des forêts dont est issue la matière première) et sont labellisées Imprim’Vert. Le groupe a d’ailleurs reçu, en 2017, l’Oscar de L’Emballage pour une des nombreuses innovations qu’il a élaborée : la solution Stabil+.
Lors de la première journée portes ouvertes, de nombreux élus dont le président de la Nouvelle-Aquitaine, celui du Conseil Départemental et les deux élus locaux, la députée de la circonscription, le préfet étaient présents ainsi que différents corps.
Première machine de transformation
Cette machine nouvellement acquise a été élaborée pour maintenir les caractéristiques physiques des cartons qui y transitent en évitant qu’ils ne soient soumis à des pressions excessives et ce, même s’il s’agit de papiers légers. Cette machine permet également la production de caisses aux formes les plus simples jusqu’à celles nécessitant des qualités d’impression supérieure obtenues grâce à des techniques HD (haute définition). Ces techniques permettent d’ailleurs que six teintes différentes soient disponibles.
Son système automatisé permet d’obtenir des caisses dont la régularité de pliage et de collage en fait un outil vraiment performant. Grâce à des formations de l’ANPE, plusieurs salariés peuvent désormais l’utiliser au meilleur de ses performances. Globalement, le site de Châteauneuf emploie 142 personnes réparties en trois équipes qui utilisent environ 40 000 tonnes de bobines de papier par an et produisent 150 millions d’emballages (soit une capacité de production de 100 millions de m2). Tous les jours, une trentaine de camions quittent le site vers des régions telles que le Grand-Ouest, la Bretagne mais aussi le sud de la région parisienne jusqu’au Languedoc-Roussillon.
Les territoires ruraux ne sont pas oubliés
Dans son allocution, Alain Rousset, président de la Nouvelle-Aquitaine, a rappelé combien cette région lui tenait à cœur. Il souhaite son développement afin de maintenir l’attractivité de ce territoire tout proche du Lac de Vassivière d’autant, a-t-il ajouté, que la région voudrait que ce dernier devienne un site touristique important.
Quant au président du Conseil Départemental, Jean-Claude Leblois, il a annoncé qu’un nouveau développement routier devrait venir renforcer l’ancrage rural de cette usine.
Le fond du FEDER (Fonds européen de développement économique et régional) a également permis de financer ce bel outil.
1. Le groupe industriel vient d’être racheté par « SaicaPack » (également spécialisé dans l’emballage) au fonds d’investissement « First Eagle » comme il a été mentionné dans la précédente édition du Nouvelliste. Le fonds américain avait évité la faillite totale du groupe français voici quelques années.