La mortalité routière en augmentation de 54% en Haute-Vienne !

Publié le 18 avril 2018 | Une

Le préfet de la Haute-Vienne, entouré du pôle sécurité, présente les chiffres de 2017.

Raphaël Le Méhauté, préfet de la Haute-Vienne, a réuni dernièrement le pôle de compétences sécurité routière, instance de décision en matière de mise en oeuvre de la politique locale de sécurité routière.

À l’occasion de cette réunion, le bilan de l’accidentalité routière a été dressé pour 2017 et les différentes opérations du plan d’actions locales en matière de sécurité routière dans les domaines de la formation et de la prévention ont été validées.

L’année 2017 se caractérise par une hausse de 54 % de la mortalité routière soit 20 accidents causant la mort de 20 personnes ce qui est supérieur à l’année 2016 pour cette même période (13 tués) ; une implication des usagers vulnérables lors d’accidents mortels (4 accidents impliquant des 2 roues motorisées dont 3 où les motards ont été victimes d’un défaut de priorité causé par un véhicule léger, 4 accidents concernant des piétons, 1 sur l’A20 avec 1 piéton tué et 3 en agglomération provoquant le décès de 3 piétons âgés de plus de 65 ans) ; une baisse de 5 % des accidents corporels (399 en 2017) et une baisse de 8 % du nombre de blessés hospitalisés par rapport à 2016.

La vitesse inadaptée, le refus de priorité entre véhicules et la conduite sous l’emprise d’alcool sont à l’origine de 70 % des causes d’accidents mortels en Haute-Vienne. Le document général d’orientation (DGO) pour les années 2013 à 2017 a retenu quatre priorités : l’alcool et les produits psychoactifs ; le défaut de maîtrise ; le partage de la route ; les trajets quotidiens.

Ces orientations sont mises en oeuvre à travers les actions inscrites au plan départemental d’actions de sécurité routière (PDASR). Pour l’année 2017, elles ont été principalement orientées sur le risque routier professionnel vers les jeunes, ainsi que sur la lutte contre l’alcool au volant. Dans ce cadre, l’État a consacré 38 000 euros à la réalisation d’opérations de prévention en collaboration avec tous les acteurs de la sécurité routière (service de l’Etat, élus, associations, presse…).

Bilan de la répression en 2017

  • Suspensions administratives des permis de conduire : alcool 568 ; stupéfiants 262 ; vitesse 347.
  • Nombre de conduites en état alcoolique : 678 dont 466 délictuelles.
  • Nombre de conduites sous l’emprise de produits stupéfiants : 356.
  • Nombre d’excès de vitesse : 28 958 (dont 28 825 CSA mobile).

Les accidents graves et mortels en Haute-Vienne

Sur les 12 mois de l’année 2017, 130 accidents graves ont provoqué 141 blessés hospitalisés. Parmi les principales causes supposées, on trouve la perte de contrôle (vitesse inadaptée) à 29%, le refus de priorité entre véhicules à 13%, l’alcool (8%) des manœuvres irrégulières (8%) ou encore l’inattention (7%).

Sur les 12 mois de l’année 2017, 20 accidents ont causé la mort de 20 personnes.

Pour le mois de décembre, 4 accidents mortels sont dénombrés, tous ont impliqué des piétons : le 13, sur la RN 21 en agglomération de Châlus, choc VL/piéton, cause inattention et refus priorité à piéton (bilan : 1 tué) ; le 19, avenue Garibaldi en agglomération de Limoges, choc autobus/piéton, cause traversée irrégulière du piéton (bilan : 1 tué) ; le 19 en agglomération de Limoges, choc VL/piéton, cause refus priorité à piéton et stupéfiants pour conducteur (bilan : 1 tué) ; le 31, sur l’A20, commune de Vicq/Breuilh, choc 3VL avec 5 piétons débarqués d’un des VL, cause panne sur VL et perte de contrôle ou inattention (bilan : 1 tué/1BH).

Parmi les principales causes supposées de ces accidents mortels, on trouve l’alcool (17%), les stupéfiants (13%), la vitesse excessive (13%) ou encore l’inattention (13%)