La grogne monte d’un ton à l’hôpital de Saint-Junien

Publié le 4 juillet 2018 | Une

Le maire de Saint-Junien présente le texte de la pétition aux représentants de la CGT.

Il n’a pas signé… Jean-François Lefebvre, directeur du CHU de Limoges et de l’hôpital de Saint-Junien n’a pas signé la lettre demandant une audition au ministre de la santé que lui ont tendu les représentants du personnel de Roland Mazoin lors de la réunion du conseil de surveillance du mercredi 27 juin.

À l’appel de la CGT, le personnel et les citoyens de la cité gantière (dont une bonne représentation des élus locaux) s’étaient invités à cette réunion pour demander au directeur du double établissement des comptes. Las, il n’a pas voulu signer cette lettre (1), arguant qu’il n’était pas élu, puis qu’il ne votait pas lors du conseil… Tous les autres membres ont apposé leur signature, dont le maire de Saint-Junien, président du conseil de surveillance, qui , dès le soir même, proposait à la réunion du conseil municipal gantier une pétition de soutien, adoptée à l’unanimité (2).

Comme nous le relations dans notre dernière édition, le service de soins continus est en effet fermé à l’hôpital depuis le 1er juillet, forçant les patients à se rendre au CHU de Limoges pour y poursuivre leurs soins.

Le personnel, à travers les représentants de la CGT, demande une enveloppe d’urgence au ministère pour avoir recours à l’intérim pour un poste d’anesthésiste en attendant de pérenniser les postes qui permettraient de maintenir ce service qui, avec sa fermeture, menace, à terme, l’existence même de cet hôpital.

Le conseil de surveillance de l’hôpital reste impassible alors que les manifestants envahissent la salle.

1. «Après la fermeture en début d’année 2018 du service d’oncologie par manque de médecins, c’est aujourd’hui l’unité fonctionnelle de soins continus polyvalents qui cesse son activité suite au départ d’un médecin anesthésiste. Ce secteur essentiel dans la prise en charge de certaines suites chirurgicales représente 345 séjours en 2017 et déjà 128 séjours à la fin avril. De plus, deux salles du bloc opératoire sur quatre ne vont plus pouvoir être utilisées par manque de surveillance anesthésique, alors même que l’activité chirurgicale est présente et que ces salles ont été construites il y a moins de 5 ans. Quelle prise en charge va être proposée aux citoyens du territoire de la Charente limousine sachant que le CHU de Limoges, lui-même en difficultés de recrutement de médecin de même spécialité, ne pourra pas répondre au transfert de cette activité dans les mêmes délais ?»

2. «Le centre hospitalier de Saint-Junien est un des hôpitaux publics de la Haute-Vienne qui joue un rôle essentiel pour l’accès aux soins rayonnant sur la Charente et la Dordogne. Depuis des années, le centre hospitalier Roland Mazoin répond aux attentes de nombreuses populations. Plus de 60 000 personnes y sont accueillies chaque année. La maternité a fait preuve de son utilité médicale et sociale pour tout l’ouest de notre département et bien au-delà. Les équipes de professionnels sont attachées aux missions de santé publique notamment pour les personnes les plus fragile, précarisées ou isolées socialement. Aujourd’hui, comme dans de très nombreux établissements hospitaliers, l’ampleur des mesures d’économies appliquées à l’assurance-maladie ne permet plus à l’hôpital de disposer des ressources financières nécessaires pour fonctionner. Dans un système de tarification à l’activité, la baisse continue des tarifs décidée et validée au niveau national est la principale cause du déficit des hôpitaux publics et notamment de celui de Saint-Junien. Cette situation inquiète et alerte les salariés et les patients du centre hospitalier qui ont besoin de tout votre soutien pour maintenir, à Saint-Junien comme dans tous les hôpitaux de France, l’intégralité de l’offre de soins de proximité. À ce titre, nous demandons une rencontre urgente avec l’Agence Régionale de Santé et les représentants du Ministère. L’ensemble des élus composant le conseil municipal de Saint-Junien vous invite à signer et faire signer cette pétition pour : -le maintien au CH de Saint-Junien d’une offre de soins diversifiée et adaptée aux besoins des patients du territoire ; -des moyens pérennes pour fonctionner et investir ; -l’arrêt immédiat de la baisse des tarifs et l’abrogation de la tarification à l’activité.»