Se connecter avec nous
Abonnement 1€

Explosion du RSA : le Département en appelle à l’Etat

Haute-Vienne

Explosion du RSA : le Département en appelle à l’Etat

Au moment où les Départements font face à une hausse inédite du nombre d’allocataires du revenu de solidarité active (RSA), Jean-Claude Leblois, président du Conseil départemental, demande une prise en charge significative du surcoût de ces dépenses liées à la crise sanitaire, supportées à ce jour par les seuls Départements.

Au moment où les Départements font face à une hausse inédite du nombre d’allocataires du revenu de solidarité active (RSA), Jean-Claude Leblois, président du Conseil départemental, demande une prise en charge significative du surcoût de ces dépenses liées à la crise sanitaire, supportées à ce jour par les seuls Départements.
Sur l’année 2020, le nombre de bénéficiaires du RSA a augmenté de 8% en Haute-Vienne, ce qui représente aujourd’hui plus de 21 000 personnes relevant de l’allocation (parents et enfants). Au-delà du nombre d’allocataires en hausse, le coût moyen du RSA par personne a également augmenté en raison de la détérioration du marché de l’emploi et de l’absence d’activités partielles en cette période de crise sanitaire.
Cette augmentation pèse sur les finances départementales : la dépense qui était de 53 millions d’euros il y a cinq ans, devrait dépasser 64 millions d’euros en fin d’année. Or, la compensation partielle de l’Etat, elle, n’a pas augmenté.
Alors que le pic du taux de chômage lié à la crise sanitaire pourrait n’être atteint qu’en juin 2021, Jean-Claude Leblois demande au Gouvernement «que des aides spécifiques soient accordées dans les meilleurs délais par l’Etat aux Départements pour leur permettre de faire face à l’explosion de leurs dépenses en matière de RSA, celles-ci étant indispensables pour atténuer les effets de la crise économique subis de plein fouet par les plus fragiles».
Le Président du Conseil départemental est par ailleurs favorable à une renationalisation du versement du RSA, comme l’Etat s’apprête à le faire en Seine-Saint-Denis. Il souligne en revanche la nécessité de «conserver les dispositifs d’accompagnement et d’insertion des publics fragiles, compétence sociale qui est au coeur des missions de solidarité de la collectivité. Si la hausse est inquiétante en Haute-Vienne, mais dans de moindres proportions que dans d’autres départements, c’est justement grâce à l’efficacité des différents dispositifs mis en place (PLIE, référent ARPE, soutien aux Structures d’insertion par l’activité économique et aux Groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification, Pacte territorial pour l’insertion…)».
Tandis que sur les 100 milliards d’euros du plan de relance présenté le 3 septembre dernier, seuls 800 millions sont destinés à soutenir les personnes en situation précaire, Jean-Claude Leblois alerte également le Gouvernement «sur la situation dans laquelle vont se retrouver de nombreux jeunes haut-viennois de moins de 25 ans qui, ayant perdu leur travail ou éprouvant des difficultés à en trouver, ne peuvent prétendre ni au RSA, ni à l’allocation retour à l’emploi».

Continuer La Lecture
Annonce Abonnement 1€
Vous aimerez aussi...

Plus Haute-Vienne

Haut De Page