Se connecter avec nous
Abonnement 1€

Confinés ? profitez-en pour tailler vos rosiers !

Ouest-Limousin

Confinés ? profitez-en pour tailler vos rosiers !

Quelques jours avant que l’épidémie en cours ne modifie profondément nos vies, les Amis des Fleurs de Saint-Junien avaient organisé un nouvel atelier de taille de rosiers, c’est de saison, après le gros succès de l’atelier de taille de fruitiers qui avait réuni une trentaine de jardiniers amateurs.

 

Quelques jours avant que l’épidémie en cours ne modifie profondément nos vies, les Amis des Fleurs de Saint-Junien avaient organisé un nouvel atelier de taille de rosiers, c’est de saison, après le gros succès de l’atelier de taille de fruitiers qui avait réuni une trentaine de jardiniers amateurs.

Pour le président de l’association, Alain Lebègue, ce regain d’intérêt pour les arbustes et plus généralement pour les jardins et un signe que la population de la Porte Océane du Limousin veut revenir à des passe-temps intemporels, plus en accord avec les saisons et respectueux d’un environnement qui nous tient à coeur. «On a des personnes de tous les âges, c’est fini l’image des vieux qui s’occupent de leur jardin parce qu’ils ont le temps !»

Et en ce samedi 7 mars, le soleil avait une fois de plus respecté le calendrier des Amis des Fleurs et brillait sur le champ de foire pour accueillir la vingtaine de participants qui s’apprêtaient à aller découvrir l’art de la taille des rosiers dans deux jardins d’amis de l’association.

Direction chez le fils d’Alain Lebègue, Benoît, pour la première session lors de laquelle c’est Philippe Coupechoux, ancien responsable des parcs et jardins à la ville de Saint-Junien, a pu dispenser ses conseils et faire trembler les propriétaires d’un superbe jardin au fur et à mesure de ses coups de sécateurs !

Car s’il est un conseil que tout le monde aura retenu c’est qu’il faut «y aller franchement» !

Impressionnés par l’intransigeance du tailleur, les passionnés de jardin écoutent les conseils attentivement.

Si le professeur du jour conseille tout de même de «ne pas tailler trop tôt pour ne pas affaiblir les arbustes avant le risque de gelées du mois d’avril» il encourage tout de même à ne pas trop s’inquiéter. «Le rosier est une plante pas fragile du tout. On peut tailler court pour donner de la vigueur, on limite le nombre d’yeux en dormances et une taille courte va lui permettre de se régénérer, il poussera de plus belle» explique-t-il en réduisant une variété remontante de Pierre de Ronsard à son strict minimum sous l’œil inquiet de la maîtresse des lieux, Sabrina.

«On commence par enlever les branches  sèches et pas en forme, on conserve les branches principales et on enlève les petites pousses qui ne donneront rien en préservant de 3 à 5 yeux au-dessus du point de greffe. Il est important de dégager le centre de l’arbuste pour que la lumière accède partout. On supprime les branches chétives (au-dessus de l’œil, toujours) sinon leurs bourgeons vont prendre toute la sève qui sera plus utile à ceux du bas, ce qui permettra une meilleure croissance. Les vieilles branches, même charpentières, peuvent être coupées si leur bois est abîmé, il n’y a pas d’âge limite même si, sur les très vieux rosiers, il vaut mieux y aller au fur et à mesure, un peu chaque année, pour ne pas trop l’affaiblir.»

Aucune pitié pour les porte-greffe, «coupez-les au plus bas sinon ils prendront de la vigueur, certes, mais au détriment de la variété greffée, les bourgeons qui poussent à la base deviendront les charpentières de demain. Si on ne taille pas, on aura peut-être plus de roses mais elles seront plus petites et l’arbuste finira par perdre sa vigueur.

Il faut toujours tailler au-dessus du bourgeon mais pas trop haut sinon l’onglet restant séchera avec le risque de faire sécher le bourgeon… mais si on coupe trop court on risque d’abîmer le bourgeon !»

Le même rosier avant et après le passage de Philippe Coupechoux… «et encore, il s’en sort bien celui-là» commentent les «stagiaires» !

 

 

 

 

 

 

 

 

Philippe Coupechoux continuait ainsi de donner de nombreux conseils tout l’après-midi comme «écarter les charpentières au pied en les tuteurant pour qu’elles prennent une belle forme, on pourra les détacher au bout de quelques mois et elles conserveront leur forme». Les rosiers couvre sol ont été sélectionnés dans un but très particulier (et évident) et ne nécessitent pas de taille systématique, «on peut les laisser 2 ou 3 ans sans taille avant de les raboter complètement».

Quand aux rosiers grimpants, le professeur recommande de «ne pas attacher des branches ensemble et laisser les belles pousses de l’année pour qu’il se développe suffisamment et recouvre bien son support».

On le voit, grâce aux Amis des Fleurs, ceux qui ont des jardins ont de quoi s’occuper quelques jours tout en restant chez eux !

Continuer La Lecture
Annonce Abonnement 1€
Vous aimerez aussi...

Plus Ouest-Limousin

Haut De Page