Châlus : l’extension de l’EHPAD a été inaugurée

Publié le 18 novembre 2016 | Une

Jean-Claude Leblois a coupé le ruban d’inauguration entouré d’élus nationaux, régionaux, départementaux, communaux, et des directeurs de l’EHPAD et de l’ARS.

Jean-Claude Leblois a coupé le ruban d’inauguration entouré d’élus nationaux, régionaux, départementaux, communaux, et des directeurs de l’EHPAD et de l’ARS.

Le soleil était au rendez-vous pour l’inauguration de l’extension de l’EHPAD Le Nid, en présence de nombreux élus représentant l’Etat, la Région, le département, la communauté de communes et les communes des Monts de Châlus, la direction et le personnel, les résidents, des familles, mercredi 9 novembre.

Une visite de l’établissement a été organisée. Il compte 123 lits. Quarante-deux chambres simples ont été créées avec sanitaire individuel, une unité Alzheimer de douze lits, un pôle santé, un pôle administratif, un pôle animation. Des petits salons de couleurs différentes permettent aux résidents et leurs familles de s’y retrouver. Il y a davantage de luminosité dans le bâtiment. De l’étage, on a une vue très agréable sur la ville et aussi sur le château. Une passerelle sera mise en place pour faire communiquer l’extension avec le bâtiment « Kiwi » qui, comme le bâtiment « Châtaignier », subira une réhabilitation dont les travaux devraient durer 18 mois.

L’établissement sera en travaux jusqu’en 2019. Le coût total des travaux devrait être de 12,3 millions d’euros. Ceux-ci sont suivis par Patrick Laroudie, architecte de Limoges du bureau BVL Architecture. Ils ont bénéficié d’une subvention d’un million d’euros par le Département. La contribution de l’Agence Régionale de Santé sera de 550 000 euros.

« C’est une étape importante dans la vie de l’EHPAD. Les travaux étaient nécessaires. Aujourd’hui est un moment très attendu par tous, résidents, familles, personnel, élus. Nous avons souhaité une ouverture vers l’extérieur. Ce parvis nous en donne la possibilité et cette entrée nous donnera l’occasion de nouer des relations. Nous avons bénéficié d’un engagement financier conséquent des autorités compétentes. Pour cette phase, la phase 1, nous sommes restés dans l’enveloppe. Alors prenez pleinement possession de ces locaux et faites-les vivre », a déclaré David Penneroux, directeur de l’EHPAD.

Le maire Alain Brézaudy a rendu hommage à tous ceux qui se sont succédé à la direction de cet établissement pour l’amener où il en est maintenant car de maison de retraite, on est passé à EHPAD. La dépendance est maintenant très présente et les résidents sont de plus en plus âgés. Les chambres avaient besoin d’être plus adaptées aux besoins. Le bâtiment avait un problème de non-conformité notamment vis-à-vis de l’incendie. « Les conditions de financement sont favorables ce qui permet de conserver un prix de journée relativement bas par rapport à d’autres établissements. Nous livrons aujourd’hui une partie de cette rénovation grâce à une bonne gestion. L’EHPAD va retrouver sa sérénité et sa dynamique. »

Pour le président du Conseil Départemental Jean-Claude Leblois, « nous sommes nombreux à constater cette réalisation attendue, rendue nécessaire par les nouveaux besoins dus au vieillissement de la population. Du temps a passé entre le projet pensé et le projet validé. La commune peut ainsi accueillir ses habitants sur place. Le Département est fier d’être le premier partenaire financier pour cette réalisation d’envergure. Nous avons voté un plan départemental de gérontologie car nous avons besoin de 450 lits supplémentaires sur la Haute-Vienne. Une opération comme celle-ci développe de l’emploi sur le territoire.»

Monique Boulestin, suppléante du sénateur Gabouty, a rappelé des souvenirs à certains résidents, ayant habité dans sa jeunesse près de la maison de retraite. Elle a souligné « qu’on construit pour les vingt ans à venir. Il faut penser aux plus jeunes mais aussi aux aînés. »La sénatrice Marie-Françoise Pérol-Dumont a dit sa satisfaction d’être présente pour cette inauguration. Elle est pour elle un motif d’espoir. « Nous avons la traduction de ce qu’est la vie aujourd’hui. D’autres ont œuvré avant nous, d’autres œuvreront après nous. Le coût de l’hébergement pèse lourd sur les familles. La prise en charge doit relever de la solidarité nationale. »

François Negrier, directeur départemental de l’ARS, a complimenté le personnel qui a accompagné la restructuration de l’établissement. Il a évoqué les ateliers et les activités qui sont déjà mises en place ainsi que l’expérimentation de télémédecine. Celle-ci permet aux résidents de rester sur place et diminue les hospitalisations. « Nous devons anticiper les conditions de l’avenir pour avoir les meilleures conditions pour le vieillissement. Châlus est une commune dynamique qui reçoit déjà l’accueil de jour itinérant porté par l’association Soins et santé et le projet de la Maison de santé est bien avancé. Nous avons là une très belle opération et un véritable lieu de vie. »