Attentat à la cité scolaire de Saint-Léonard !

Publié le 22 février 2017 | Une

Le debriefing après le « drame ».

À la suite des différents attentats qu’a connus notre pays, le ministère de l’intérieur avait demandé aux départements d’organiser des exercices sur le territoire pour faire face aux risques attentats.

En Haute-Vienne, ce sont les pompiers de Saint-Léonard qui ont été les premiers du département à investir le collège lycée de Saint Léonard.

Pour que l’opération soit le plus réaliste possible, aucune information n’avait été divulguée aux publics, aux pompiers, aux policiers, aux élèves intervenants et élus de la commune. Quelques membres des collectivités territoriales concernées ont été néanmoins informés et la dizaine d’instructeurs pompiers et responsables de la gendarmerie chargés d’observer et de consigner les rapports.

Le scénario consistait en une alerte à la gendarmerie stipulant qu’un individu menaçant avait pénétré dans le restaurant du collège de Saint-Léonard aux alentours de 19 h 30 ce jeudi 16 février 2017.

L’individu était en train de commettre un carnage. Les forces de l’ordre se sont rendues sur les lieux du drame. L’homme avait été abattu par les forces de l’ordre. Les lieux ont été sécurisés, les pompiers ont reçu un appel d’urgence avec le code attentat. L’objectif de cet exercice consistait à analyser les comportements, réactions, le « timing » des interventions…

Des « victimes » plus détendues qu’en vrai…

Les services concernés pour l’opération étaient postés sur l’ensemble du site. Ils avaient pour mission de consigner les interventions des pompiers, leurs réactions, leurs comportements face à l’ampleur des diverses blessures et morts. Au-delà des atteintes physiques et traumatismes, les pompiers devaient intervenir dans une situation complexe de scènes de paniques, de cris et de larmes à l’intérieur et extérieurs du self. Les forces d’interventions de la commune étaient les premiers témoins des détresses des élèves ainsi que les réactions et comportements des blessés. Avec les moyens du bord, les intervenants devaient observer, analysés, intervenir et improviser.

Pendant 4 heures, la durée de cet exercice post-attentats, la brigade des sapeurs pompiers du capitaine Parenteau et les 60 élèves du lycée collège de Saint Léonard ont été exemplaires dans cette mise en scène réaliste. Alain Darbon, le maire de Saint Léonard et Président de la communauté des communes, la Direction du lycée collège et la Direction des pompiers ont reconnu que les jeunes adolescents « auraient pu obtenir le prix d’interprétation aux Césars ». Après le débriefing de fin d’exercice, Alain Darbon avait offert aux élèves une entrée gratuite à l’espace Aquanoblat, la direction du lycée collège avait décidé d’attribuer une mention d’honneur de citoyenneté sur le carnet de note des élèves avant d’inviter l’ensemble des intervenants à manger au restaurant du collège. L’opération a nécessité l’intervention de plus de 120 personnes et autant de moyens matériels pour les services concernés.

Tous ont reconnu l’importance de cet exercice post-attentat et souhaitant ne pas avoir à vivre cette situation traumatisante.

Les conseils de comportements de la préfecture

  • Dès que les témoins constatent qu’il s’agit d’un exercice, restez calmes, ne saturez pas les lignes téléphoniques et ne propagez pas de rumeurs.
  • Ne vous approchez pas des lieux d’exercice, ne vous mettez pas en danger en essayant de photographier ou filmer l’exercice  ; ne gênez pas la progression des acteurs de l’exercice  ; libérez les voies d’accès.
  • Si vous détectez une personne en difficulté, appelez le 18 ou le 112 en précisant que vous êtes sur le lieu de l’exercice.
  • Informez-vous auprès des médias locaux. Les journalistes seront en effet informés au cours de la journée du déclenchement des différentes phases de l’exercice, par des communiqués de presse et des messages sur les réseaux sociaux des services de l’État.

Les conseils de comportements en cas d’attaque réelle

  • S’échapper : localisez le danger pour vous en éloigner  ; si possible aidez les autres à s’échapper  ; ne vous exposez pas  ; alertez les personnes autour de vous et dissuadez-les de pénétrer dans les zones de danger.
  • S’il est impossible de s’échapper, il faut se cacher : enfermez-vous et barricadez-vous  ; éteignez la lumière et coupez le son des appareils  ; éloignez-vous des ouvertures, allongez-vous au sol  ; sinon, abritez-vous derrière un obstacle solide (mur, pilier, …) ; dans tous les cas, coupez la sonnerie et le vibreur de votre téléphone.
  • Enfin alerter et obéir aux forces de l’ordre : dès que vous êtes en sécurité, appelez le 17 ou le 112  ; ne courez pas vers les forces de l’ordre et ne faites aucun mouvement brusque ; gardez les mains ouvertes et levées.

Consignes permanentes de vigilance

Témoins d’une situation ou d’un comportement suspect, vous devez contacter les forces de l’ordre (17 ou 112). Quand vous entrez dans un lieu, repérez les sorties de secours. Ne diffusez aucune information sur l’intervention des forces de l’ordre. Ne diffusez pas de rumeurs ou d’informations non vérifiées sur Internet et les réseaux sociaux.